Connaissez-vous bien votre merde?

Parlons un peu de l'éléphant dans la salle de bain. 

 Connaissez-vous bien votre merde?

Connaissez-vous bien votre merde?

Nous sommes au summum de notre développement scientifique : les innovations technologiques nous ont permis de comprendre le fonctionnement d'une cellule de la grosseur d'un milliardième d'un grain de sel.  Malgré tout, notre santé globale continue de se détériorer à une vitesse alarmante. 

Ce paradoxe s'illustre particulièrement quand il s'agit de la nourriture que nous mangeons. Encore aujourd'hui, comme au Congrès des États-Unis, les médecins et autres scientifiques de la santé restent fortement divisés en ce qui concerne la nutrition. 

Depuis soixante ans, les agences gouvernementales ont dépensé une quantité exorbitante de ressources pour financer des recherches scientifiques ambigües, établir des recommendations généralisées pour les 7.4 milliards d'habitants de la planète, et générer des campagnes qui nourrissent la peur dans cette incessante guerre contre les maladies chroniques. 

Pendant que les égos scientifiques s'affrontent, la population est abandonnée, plus confuse que jamais. Personne ne sait quoi manger sauf les rats de gyms illuminés qui appuient une grande variété de diètes contradictoires. 

Il y a toujours un ennemi : les compagnies pharmaceutiques, Mcdonald, la télévision, ou notre génétique. Même ceux qui suivent les dogmes nutritionnels à la lettre tombent malade. Craignant le blashpème, nous ne questionnons jamais l'intégrité de l'Ordre de la Science.  

Manque-t-il une pièce importante du casse-tête? 

Nous valorisons l'importance des calories que nous mangeons, sans jamais vraiment discuter celles que nous chions. Si vous y pensez bien, chaque organisme diffère tellement qu'il est impossible de généraliser comment la nourriture affectera quelqu'un avant qu'elle ne soit mangée. Avant la consommation, tout le savoir scientifique concernant la nourritique n'est qu'un mythe. 

Votre merde fourni un aperçu de grande valeur sur l'univers digestif complexe qui assimile les aliments que vous mangez. Elle est une excellente raconteuse d'histoire. À la lumière de l'épidémie de maladies chroniques, peut-être qu'il serait sage pour ceux qui s'occupe de notre santé d'adopter une perspective scientifique basée sur l'individu en cherchant des réponses à l'autre bout du tunnel. 

Vous voulez des résultats rapides? Portez attention à l'impact de la nourriture sur vos selles plutôt que sur votre pourcentage de gras. 

Apprenez à connaître votre merde.